top of page
Rechercher

Le rôle du commerce dans la division de la culture

En général, la plupart des processus d'étude et de recherche produisent des résultats fructueux, et ils réussissent grâce à l’appui dynamique des personnes et des groupes qui parviennent à les mener à bien avec des apports. Ensuite, les contributions viennent enrichir une diversité de références préexistantes dans l'expérience épistémique, enrichissant ainsi la pratique des travaux, métiers, associations ou instituts de toutes catégories et domaines de connaissance. Cela se produit bien entendu également dans le domaine de l'art et de la culture, où des connexions importantes avec des disciplines et expertises propres à d'autres secteurs, que le public peut reconnaître, ont évidemment été établies et consolidées.


Dans cet article, nous voulons attirer l'attention sur une grande préoccupation toujours présente dans le collectif social et la communauté participant au dialogue sur le thème des arts et des lettres : à quel moment de l'histoire la culture a-t-elle perdu l'essence qui était soutenue par l'humanisme pour s'interconnecter et se lier avec d’autres méthodes et procédures propres à d'autres disciplines, telles que la finance, l'architecture et l'urbanisme, le design ou la biologie ? Et de manière plus spécifique, nous sommes intéressés à souligner ici la signification et l'impact du marché et du commerce dans la promotion et la distribution de la culture, et comment cette interaction a un sens particulier dans le contexte du monde contemporain.


Ce sujet correspond directement à la place occupée par les galeries, les musées et les institutions culturelles dans notre environnement propre, et me permet de formuler une contribution basée sur la pensée de réflexion, et l'expérience pratique dans le métier d'intermédiation culturelle. Par exemple, le cas de la galerie The Muisca et d'autres espaces culturels qui suivent la dynamique des affaires et du marché de l'art, où les maillons d'une chaîne de valeur sont articulés et où il y’a une motivation pour la génération de revenus pour les acteurs culturels, soit un objectif rendue possible.


Au cours des dernières années, il y a eu une série de changements et de transformations dans la manière de voir les métiers de l’art, et leur expression dans les politiques publiques de stimulation et de dynamisme du secteur culturel dans plusieurs pays. Suivant la référence d'Alberto Borja dans Esferapública, l'économie créative ou l'économie orange a été une stratégie créée par l'UNESCO au cours de la première décennie du siècle présent, résultant d'un accord commun entre plusieurs pays, afin d'orienter les plans et politiques gouvernementaux, et pour aborder le dialogue entre la science et l’art. En Colombie, le gouvernement d'Iván Duque a créé, avec la gestion active du Ministère de la Culture et de Idartes, l'initiative de l'économie orange, considérée par de nombreux adeptes de la région culturelle comme une stratégie appropriée pour stimuler la création d'entreprises et favoriser le développement dans toutes les régions du pays, nécessitant la formulation des cadres de référence solides et stables, conformément aux dynamiques du secteur culturel.


En ce qui concerne le lien au secteur de commerce du marché-activités culturelles, je me souviens d'une réflexion qui a traversé mes recherches à l'époque où je vivais encore dans la ville de Bogotá et me préparais à recevoir mon diplôme à l'Université Nationale. En tant qu'étudiant, je persistais dans ma motivation gnoséologique, une préoccupation constante pour la cohérence dans la compréhension et le devoir d'agir en conséquence, conformément aux principes enseignés par la formation intellectuelle et les attentes de croissance dans la science. Ainsi, derrière toutes les préoccupations de recherche, les principes directeurs que j'avais appris dans les livres des maîtres étaient toujours présents. J'admets que, à l'époque, il y avait de nombreux processus du capitalisme et du monde réel que je ne comprenais pas vraiment, et sa logique économique me semblait répondre aux mêmes dynamiques de la concurrence qui, à la fin, finissaient par se confondre avec l'inégalité et l'oppression.


Une expérience qui m'a permis de consolider une vision plus solide et cohérente du monde de la culture et qui m'a permis de combler les lacunes dans mes connaissances est d'avoir pu aborder le thème du marché de l'art et du monde des affaires dans le secteur. Cela a été possible grâce au livre "Collecting Contemporary Art" d'Adam Lindeman (éditeur Taschen) que j'ai acquis à Bogotá. Lorsque je consulte cette référence, je trouve toujours une autre perspective ; mais ma conscience a retenu dès la première lecture une raison de poids, selon laquelle le monde de l'art n'est pas le même s'il se déroule dans une ville en conditions de retard et de sous-développement, que s'il se déroule dans l'une des grandes villes avancées comme New York, Paris, Hong Kong, Londres, Bruxelles ou Berlin. Parce que le contexte du pouvoir économique est déterminant et les états de développement dans le capitalisme sont des pouvoirs qui définissent les conditions du cadre légal, où se déroule la dynamique culturelle et viens affecter directement le cadrage social.


Depuis notre première approche de certaines galeries parisiennes, nous avons constaté que les conditions à The Muisca, en termes de prix et d'opportunités, sont similaires à celles d'autres galeries avec lesquelles on peut les comparer. Un point en faveur de Muisca est sa structuration en tant qu'espace qui a une stratégie où il est possible de développer les dynamiques du marché culturel, du commerce et des services associés ; ou en d'autres termes, intégrer le monde de commerce et des finances dans le circuit de l'art.

Le marché culturel est actuellement un sujet central, mais une autre tendance critique subsiste depuis la conception des arts et des lettres, d'où proviennent bon nombre des idées, discours et slogans sur le secteur culturel qui, lesquelles sont confondues d’être vagues et dépourvus de signification réelle et se réduisent à de simples prémisses idéologiques sans fondement dans un monde certain. D'autre part, si nous nous référons à l'expérience de ce que représente humainement la vie quotidienne, il est déjà évident de dire que le monde est en crise, la société ne garantit pas la sécurité des personnes, vivre est dangereux, les villes sont hostiles et le système nous rend malades et nous blesse, pendant qu'il devrait davantage protéger le patrimoine sensible de la vie. Dans de telles conditions, le travail culturel implique un effort excessif pour garantir son progrès et sa durabilité, ainsi que ses chances de succès et de subsistance.


Apprendre du marché est important compte tenu du fait que les crises peuvent devenir une épée de Damoclès qui pèse sur nous et menace le bien-être qui nous protège, causant des impacts malheureux sur le cours normal de la vie de tant de personnes qui vivent et partagent dans le secteur culturel.


Nous pouvons dire qu'avoir une stratégie culturelle réussie signifie d’optimiser les plans où la culture a un véritable pouvoir et même fait partie importante de l'état économique ou politique. Le plus haut niveau de développement économique nous permet de comprendre

les exemples de grandes villes dans des pays comme le Royaume-Uni, l'Autriche, la France, les États-Unis et la Chine, où le marché financier dans le monde de l'art et de la culture est divers, complexe et hautement spécialisé et où le capital économique est autonome et suffisant pour protéger le patrimoine culturel. Dans ces pays avancés, le déploiement qu'ils réalisent dans le monde culturel est soutenu par le patrimoine mondial de l'humanité et le pouvoir de la civilisation représenté par la connaissance d'experts érudits, ou de grands maîtres, dont beaucoup sont, selon les termes kantiens, une puissance première dans le génie de l'humanité, dans un contexte lié à la créativité libre, à l'imagination et à la volonté qui stimule la créativité artistique, une formation dans la discipline dont l'ordre enseigne par l'exemple.


Ces pays ont la chance de disposer, entre autres choses, d'universités qui occupent des postes de très haut niveau académique et dont les enseignants, professeurs et chercheurs sont habitués à soutenir un patrimoine scientifique, d'apprentissage et d'enseignement reconnu, de valeur même dans la démocratie ; ce qui s'intègre parfaitement à la mémoire de l'humanité soigneusement entretenue dans les musées, galeries et maisons de tradition. La conscience de la richesse humaine se représente toujours de manière libre, le public peut également contribuer et la communauté partage le patrimoine commun et jouit de garanties de prospérité. L'urbanisme des villes est conçu sur des plans qui s'intègrent de manière cohérente et réalisent un pouvoir manifeste de la raison, la fondation basée sur l'épistémologie et des références de connaissance que l'homme a du monde.


Ce qui est présenté dans cet article n'est qu'une approche générale du thème du marché de l'art, qui est très vaste et ne peut être abordé de manière exhaustive dans un espace aussi restreint que celui-ci. Nous reviendrons certainement sur le sujet dans de futures publications, en développant d'autres aspects de l'analyse.

33 vues0 commentaire

Comments


bottom of page