top of page
Rechercher

Le district Muisca: Un espace pour attirer les talents et ouvrir de nouveaux horizons.

Reprenons l'idée présentée dans notre précédent article, selon laquelle, pour comprendre la dynamique en contexte du secteur culturel à Paris, où nous sommes immergés, il est important d’avant comprendre, dans quel contexte se déroule la vie artistique et culturelle chez The Muisca. Une idée sous-jacente est que dans n'importe quelle ville, les grandes écoles, académies et institutions culturelles ils marquent toujours un modèle d'influence majeure dans leur environnement et donnent lieu à une action dialectique courante. Ces grands centres définissent des facteurs ou des conditions déterminées, que les centres ou espaces encore en croissance cherchent à assimiler ou à recréer. Dans notre cas, la stratégie du district Muisca consiste à suivre les activités des institutions de référence, et à disposer d’un espace aux artistes et aux exposants, en captant leurs intérêts et motivations, c’est promouvoir leurs œuvres, favoriser les rencontres et faciliter les apprentissages et les expériences, à partir de perspectives différentes et enrichissantes sur le plan vital en culture.

Une stratégie peut garantir le succès au travail de gestion culturelle qui, dans notre cas, est le résultat de l'apprentissage accumulé en pratique, à travers des villes comme Bogotá et Paris, en Amérique latine et en Europe. Suivre le guide des connaissances culturelles déjà appliquées pour curatelles, apprises par les études de recherche et les universités, cette méthode offre des solutions appropriées avec des connaissances qui correspondent à des résultats satisfaisants. Ici, c'est mieux que faire lieu au désordre dans des situations de confusion ou de spéculation et d'improvisation, lorsque les fondements formels du monde de l'art sont parfois méconnus.

Personnellement, j'ai toujours compris l'importance d'assister à des événements culturels et au suivre le programme des grands centres, pour deux raisons principales. La première est que cela nous permet de maintenir notre conscience à jour et notre imagination toujours active et en exercice, car ces grandes villes dans lesquelles nous vivons ils nous gênent avec distractions et ils nous font perdre du temps et des efforts précieux dans des sujets peu fructueux. La deuxième raison est que pour travailler et développer des œuvres au bénéfice du public en général, il est toujours nécessaire que les idées et les concepts que nous traitons aient des thèmes de référence déjà existantes et des termes communs avec la programmation culturelle dans laquelle ils se développent, qui est si riche et vaste en information.

Rien de ce que les gens créent n'est une invention absolument propre ; il y a toujours des références dans un contexte proche qui définisse notre position et notre place dans la création. Un contact direct et une immersion dans le milieu de l'art sont toujours besoin pour l'intégration entre les parties et la qualification de l'exercice professionnel, en termes d’une vérité certaine. Depuis les années où j'étudiais à la Sorbonne, j'assiste fréquemment à la Cité des Arts, aux instituts supérieurs, aux festivals et aux biennales. Même lorsque j'ai terminé mes études de maîtrise, j'ai décidé de ne jamais cesser de participer à ce monde intellectuel et j'ai maintenu cette flamme vivante.


À ce stade, je dois dire que Paris et les villes d'Europe sont des endroits merveilleux car ils nous permettent de vivre avec la certitude que notre compréhension est soutenue par le savoir universel, et que la connaissance est un droit incontestable, indépendamment de notre condition sociale, civile ou personnelle.


La stratégie que j'ai utilisée dans mon processus de compréhension culturelle a été captée par la galerie Muisca, dans le but d'attirer de nouveaux talents et artistes dont le travail déploie de nouveaux horizons, dans la scène artistique locale ou mondiale. Leur méthode consiste à consolider des expériences qui ont un impact novateur sur notre district social. De plus, la stratégie est complétée par ce blog ou média de journalisme culturel, un projet conçu pour grandir ensemble et bénéficier des contributions qui y sont faites.


Il est important de souligner que le processus d'approche et d'interaction avec les artistes à la Cité des Arts se déroule dans un contexte de concurrence professionnelle déjà défini par la ville de Paris, car en même temps, des contacts sont établis avec des agents liés à d'autres galeries, qui tentent également d'attirer des talents avec des stratégies innovantes. Il est donc important, dans le cadre de notre stratégie, de procéder à une évaluation judicieuse des contributions et à une compréhension plus approfondie des travaux présentés.

D'autre part, lors des conversations avec les artistes, les conditions de The Muisca Art Espace sont discutées et comment le projet peut représenter une bonne opportunité pour leurs travaux créatifs ; ensuite, ils décident en fonction de leurs motivations et intérêts. Et c'est précisément là que je pense que nous devons porter notre attention, car il y a toujours de nombreux artistes de haut niveau dans la ville, venant de différents endroits du monde, mais l'idéal est que les projets puissent s'adapter au contexte et aux conditions de référence de notre district.

Dans cet article, je tiens à souligner très spécialement la contribution de deux artistes de la Cité des Arts qui ont exposé en juillet. Il s'agit de Bev de Lange d'Afrique du Sud et de Mina Ghaziani d'Iran. Je pense que cela a été un succès parmi l'ensemble des artistes que nous avons réunis, car elles ont très bien compris l'esprit du projet. Il est vrai que notre groupe culturel est en croissance, mais leur parcours et leur expérience ont été déterminants pour définir les limites de la première exposition officielle du projet. Je considère que le plus grand succès réside dans la compréhension que cette opportunité avait beaucoup à leur offrir et que l'expérience réalisée contribue déjà à leur pratique professionnelle. La galerie est un contact de référence actif dans la ville de Paris, et il est bon de profiter positivement de l'option qui s'est présentée à ce moment-là pour être évaluée.




Les œuvres exposées peuvent être consultées sur le site web de The Muisca, où elles sont classées selon la technique et les prix. Par ailleurs, il est important de savoir qu'après les expositions, la galerie conserve un enregistrement des œuvres et continue de les proposer pour favoriser la vente auprès des clients potentiels qui les suivent. Ensuite, je consacre un espace pour analyser et expliquer brièvement les œuvres exposées, en mettant en valeur le profil des artistes et ce qu'elles ont à nous enseigner de leur style et de leur talent.

Mina Ghaziani d'Iran est une artiste spécialisée dans le dessin qui a défini son style à travers une relation entre tradition et modernité. Les peintures et dessins qu'elle a exposés à la Cité des Arts et à Muisca représentent des scènes et des atmosphères immobilières. Les peintures présentent des intérieurs de maisons ou d'appartements, et grâce à une technique à l'huile, une image picturale dont l'esprit du lieu habitable décrit bien, l'environnement culturel d'une société caractérisée par l'identité de sa tradition.


De mon point de vue, son travail est intéressant car il manifeste l'authenticité d'une communauté comme celle de l'Iran, ainsi qu'une atmosphère saine et lumineuse. L'architecture de l'image montre l'emplacement près des fenêtres, l'image est fraîche et éclairée par la lumière et la présence toujours privilégiée du signe des fleurs et des plantes, de la nature et de la tranquillité. L'ordre à l'intérieur de la maison regorge de nombreux objets iconographiques tels que des tables, des chaises, des meubles et des miroirs. Cela suggère également la pertinence d'une société qui préserve les valeurs du patrimoine traditionnel construit avec la patience du temps dans son parcours historique. Ici, le sujet est bien transmis et expliqué visuellement, et Ghaziani parvient à exprimer les idées à un niveau technique approprié, comme un professeur expérimenté en beaux-arts qui a progressé dans la technique de la peinture à l'huile et du design.

De son côté, Bev de Lange d'Afrique du Sud est une artiste avec un profil scientifique à plusieurs égards. À un premier niveau, sa perception s'est formée par l'observation et l'étude minutieuse de la biologie et de la médecine, ce qui lui a permis de travailler aux côtés de médecins chirurgiens, de patients et de cliniques en général. Pendant la pandémie de Covid19, son projet a été l'objet d'une réflexion sur le biologique, et à partir de là, elle utilise des matériaux organiques dans ses œuvres pour comprendre les blessures et les cicatrices. À un deuxième niveau, Bev a une méthode de conscience réflexive qu'elle a apprise dans son doctorat en philosophie, où la relation avec le spirituel, la pensée, la compréhension, le langage, les processus mentaux et la conscience en général constituent des prémisses de phénomènes qui lui permettent d'évaluer des situations, comme des étapes et des procédures d'une phénoménologie de la conscience.

Et à un troisième niveau, Bev montre l'importance de manifester la compréhension dans une image de représentation esthétique. De plus, elle est très cohérente dans les matériaux organiques et les couleurs qu'elle utilise lors de la création, ainsi que dans la composition de ses œuvres en images. "L'esprit est comme une tabula rasa" selon la philosophie aristotélicienne, et dans ce sens, le papier blanc lorsqu'il est utilisé est une page blanche à écrire. Les images se matérialisent en figures concrètes, et le résultat est un recueil qui a une grande valeur et cohérence.



En conclusion, je dirais que la culture intègre bien les processus de création artistique, les méthodes scientifiques, le bon savoir en général. Pour la galerie Muisca, il est très fructueux de trouver des contributions qui permettent de créer un lien contextuel avec la vie réelle, avec le monde du café, du vin, de la vie et des traditions sociales, ainsi qu'avec la dynamique des groupes et des fêtes de la ville. Dans les prochaines occasions, je parlerai sûrement de ces aspects. Pour l'instant, j'espère que cet article vous plaira et que vous pourrez en profiter.


Juan Camilo Barón Cifuentes

Redacteur

30 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page